Insigne de la promotion

Promotion chef d'escadrons Robert de Neuchèze

Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

Venant de passer deux, trois ou quatre années dans diverses classes préparatoires, nous nous retrouvons pour la première fois rassemblé le 1er septembre 2014.

Après plusieurs mois à "stackher nos Tradis", nous rentrons dans la famille Saint-Cyrienne en recevant notre Grand Uniforme et notre Casoar.

Première activité en tant que Saint-Cyriens, nous décidons de faire bénir nos casoars lors d'un office religieux à l'abbaye de Paimpont.

Une année à Coëtquidan de passée, nous sommes "baptisés". La promotion porte désormais le nom du chef d'escadrons de Neuchèze. Nous dévoilons ce jour, notre chant et notre insigne.

Notre deuxième année débute par le brevet de parachtisme militaire (BPM), pour une partie de la promotion, ou par le brevet d'alpinisme militaire (BAM).

Nous nous attelons ensuite à la transmission des traditions à la future nouvelle promotion qui vient d'arriver.

Nous nous "binômons" avec la promotion de l'EMIA qui nous suivra en école d'application. Jeux, cérémonie et soirée nous permettent de tisser des liens avec les dolos de la Vallete d'Osia.

Nous renouvellons l'expérience avec nos cammarades marins de l'Ecole Navale. Pour ce, nous nous rendons chez eux sur la presqu'île de Crozon.

Moment attendu par toutes les écoles d'officiers : le Séminaire Inter Grandes Ecoles Militaires, le SIGEM. Pendant une semaine à Paris, c'est l'occasion, en plus d'assister à des conférences ou à des démonstrations de haut niveau, de se retrouver le soir entre différentes armées.

Un des défis majeurs que nous réalisons : le relais de Saint-Cyr aux Invalides. Il s'agit de courir en relai depuis Coêtquidan jusque sur l'esplanade des Invalides. Toute la promotion cours ainsi nuit et jour sur 400 km. A l'arrivé nous remettons un chèque de 10 000€ récoltés auprès de sponsors, au profit des bléssés de guerre, à Terre Fraternité.

Voyage sur les traces de notre parrain, notamment sur les lieux de sa mort. Nous en profitons pour faire un détour par le parc du Puy du Fou.

Notre petit gala a lieu dans le château de Fontainebleau. Défilé, cérémonie, visite, diner et soirée dansante sont au programme.

Passage obligé de notre formation, nous nous rendons en Guyane, au centre d'entrainement en forêt équatoriale. Un stage d'aguerrisement de 15 jours dans la jungle.

Le Triomphe avec notre passage au grade de sous-lieutenant clôture cette deuxième année de formation.

Autre période majeure : le semestre international. La promotion est répartie sur tous les continents dans plus d'une quarantaine de pays pendant 3 mois. Nous réalisons un mémoire qui viendra clôre notre formation académique.

Tradition solidement ancrée, nous organisons et participons au "binômage des 25-50". Il s'agit pour les promotions étant passés par Saint-Cyr il y a 25 et 50 ans d'y revenir. C'est l'occasion pour nous d'échanger avec nos anciens, de voir leur parcours et pour eux de constater les invariables de la formation à la Spéciale.

Dernière phase d'agguerrismenent : le centre national d'entrainement commando. 4 semaines à Mont-Louis, souvent sous la neige ou à Coliour dans l'eau.

Notre grand Gala se tient à l'Hôtel de Villle de Paris sous le patronnage du président de la République.

Après une semaine de répétition, nous défilons le 14 juillet sur les Champs Elysés. Nous choisissons les armes que nous servirons juste avant.

Notre Triomphe vient terminer nos trois années à la Spéciale. C'est l'occasion pour nous de parrainer une dernière fois nos bazars en leur remettant leurs épaulettes de sous-lieutenant. La boucle est bouclée.

Pékin De Bahut. Comme le veut la tradition saint-cyrienne, nous veillons la dernière nuit que nous passons à Saint-Cyr afin de voir se lever sur la Grande Bosse, l'aurore résplandissante du PDB !